L’ego et l’insatisfaction personnelle

Pour cette nouvelle année 2018, le seul vœu, la seule résolution que je prends est de devenir moins exigeante avec moi-même pour pouvoir me satisfaire de peu.

Aujourd’hui, je voudrais te parler de l’insatisfaction chronique dont fait preuve l’être humain, et qui est ma foi fascinante mais tellement affligeante.

75524_589752674386843_306938000_n

« Je ne suis jamais satisfaite de ce que j’accomplis,

Alors je ne commence pas, je ne me lance pas pour démarrer les 1000 idées que j’ai.

  • … Apprendre une langue
  • Organiser mon voyage
  • Ecrire
  • Lire
  • Faire du sport …

Je me complais dans une insatisfaction permanente (et on pourrait faire le parallèle entre le verbe se complaire et s’accomplir). Parce que je suis tellement perfectionniste et tellement impatiente du résultat final, que je trépigne d’attendre et de travailler pour atteindre le résultat. « Petit à petit l’oiseau fait son nid », je voudrais pourtant déjà m’y installer dans le nid. Cependant j’ai beaucoup d’étapes à réaliser avant:

  • Apprendre à voler
  • Rechercher et trouver un arbre solide
  • Rechercher puis collecter les branches
  • Construire le nid
  • M’y installer

Pourtant, un jour viendra où ce nid sera trop petit, et je devrais recommencer certaines étapes. Projection d’une insatisfaction future.

Tout ce que j’ai accompli dans ma vie, je n’en suis jamais satisfaite, je ne suis jamais fière de moi, je me dis toujours que c’est « normal », je n’ai pas fait « grand-chose ». J’ai une telle rigueur d’esprit que cela me paralyse et m’empêche parfois d’initier quoi que ce soit.

Je ne me sens jamais prise au sérieux, ni par les autres, ni par moi-même, j’ai la sensation qu’on se moque toujours de moi, que je suis bizarre, originale, jamais dans les rangs.

Parfois j’ai envie d’être bête, d’être simplette, d’être passe-partout, que personne ne me remarque.  Mais je ne supporte pas l’invisible. J’ai un besoin insatiable d’être vue, reconnue, prise au sérieux, écoutée, aimée. »

En fait tu combles un besoin, une envie, mais une fois comblé un autre apparaît. L’ego humain a ce besoin de se sentir existé, sinon il disparaît dans des limbes inconnus: oublié, rejeté, abandonné, tué.

J’ai identifié différentes manières de se faire aspirer par son égo : « aimez-moi » « regardez-moi » « faites- moi exister ! »

Tout ce qui pourrait – dans l’esprit d’une personne – lui faire de l’ombre, et la ferait donc potentiellement disparaître, est un danger. Elle va alors utiliser différents moyens pour se rendre plus intéressante, importante, forte, aux yeux des autres êtres humains pour que l’attention soit de nouveau tournée vers elle. Mais une attention bienveillante, admiratrice même.

  • Par l’agression (colères, violences physiques et morales)
  • Par l’orgueil (vantardise, étalage culturel)
  • Par la plainte (dévalorisation, hypochondrie)
  • Par l’apparence (beauté, entretien physique, sport, mode)

Et toi, dans quelles catégories te retrouves-tu ?

Dans son roman « Le jour où je me suis aimé pour de vrai », Serge Marquis écrit « Le défi d’une vie consiste à découvrir la différence entre l’activité de l’ego et celle de la présence. Distinguer les moments où l’attention est accaparée par le moi (et par sa peur de ne pas exister) de ceux où l’attention est totalement connectée à ce que perçoivent les sens. »

Ainsi, la solution résiderait peut-être dans un retour à tes sens (pleine conscience, méditation, contemplation, respiration) et dans l’ouverture à l’autre (écoute, bienveillance).

Te satisfaire de peu pour n’avoir rien à prouver. Être au centre de soi-même, par ses sens et ses valeurs.


Voilà ce que je te souhaite pour 2018 : être au centre de toi-même.

 

Belle journée,

Camille.

PS : En écrivant cet article, j’ai été prise au piège par mon ego. Alors que je tentais de le discréditer, il s’insinuait sournoisement dans mes lignes. J’avais écris une partie où j’énumérais mes « réussites », je l’ai enlevé car je me suis rendu compte que c’était l’oeuvre de mon ego : vouloir étaler ces succès afin de me faire « exister » aux yeux de l’autre.

Merci Bibiche 🙂 !

 

Publicités

2 réflexions sur “L’ego et l’insatisfaction personnelle

  1. Tu as tellement de lucidité en toi je trouve. Et puis de l’auto-critique, ou plutôt de la remise en question, je trouve ça génial, même si il ne faut pas en avoir trop et que ça prenne le dessus. Ca prend vite la tête. En tout cas, une phrase a retenue mon attention : « j’ai la sensation qu’on se moque toujours de moi, que je suis bizarre, originale, jamais dans les rangs. » Mais si tu es bizarre, originale et jamais dans les rangs, CONTINUE ! C’est ça qui fait que tu es toi et ça ne plaira pas à tout le monde mais je crois que c’est pour ça qu’on t’aimera, et qu’on t’aime déjà, je suppose, évidemment 🙂 Puis souvent, ceux qui se moquent des gens différents, sont frustrés de ne rien oser et de rester « comme tout le monde, parce que c’est comme ça qu’il faut être sinon on est louche », c’est souvent plus de la jalousie. Ou alors, juste des étroits d’esprits. Dans tous les cas, le regard de l’autre ne devrait pas nous importer autant.
    Désolée, j’écris beaucoup, tes articles m’inspirent toujours autant ^^
    A bientôt 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s